marți, 31 iulie 2012

La volupte

On oublie jamais la voix,
Chantait par l'accordeon du temps
On oublie jamais le voyage,
Autour d'un mot frais

On reprendre le feu
Allumait par l'ardeur des esprits
On rencontre le soleil
Rebondant de joie pour se voir plus humain que jamais.

On peindre jamais le vertige
Grandir des paupieres fermes qui cherche  des etincelles
On vit jamais la volupte
Si on demeure muet devant la mer en retardant de lui serrer son nenuphar.
La volupte, douceur amere de la vie
On vit ses ailes quand on sent ses nenuphars.

  

Niciun comentariu:

Trimiteți un comentariu